Des femmes, du voile et de son interdiction

Récemment, un article du Monde relatait une possible interdiction du port du voile à l’université, presque dix ans après l’interdiction de ce dernier dans les écoles et collèges de la République et deux ans après l’interdiction du port du voile dit « intégral ».

Le voile, c’est décidément une histoire bien complexe et il faudrait se garder de ne donner qu’une seule réponse comme on a par trop coutume de le faire. S’agit-il d’un fait sociologique, d’un fait religieux, d’un fait psychologique, d’une discrimination, d’une domination d’un sexe sur l’autre… ? En tout cas, tous ces champs me paraissent devoir être interrogés.
De la même façon, qui en parle ? Qui défendent et qui attaquent ce voile si controversé ? Il n’est pas dit que ce soit les personnes extérieures à ce bout de tissu auquel on attache autant d’importance qui soient les mieux placées pour en parler ; mais de la même façon, il n’est pas dit que ce soit les personnes qui, elles-mêmes, portent ce bout de tissu qui soient aussi les mieux placées pour en parler.
Ces dernières sont souvent des femmes bien insérées dans la société française et le paradigme de la figure qui ose défendre le voile, jusqu’au voile intégral, est une jeune femme convertie à l’islam, jusque là bien insérée dans la société. Et le voile est souvent défendu comme une forme de liberté, le même but à atteindre qu’une certaine loi visant à interdire ce même voile. C’est ce même paradigme qui avance que toutes ces prescriptions sont tournées vers le bien-être de la femme musulmane ; là où, en France, beaucoup voient dans cet enfouissement sous le tissu une manière rétrograde de se soumettre au regard de l’homme. Il s’agit en tout cas toujours de se soustraire au regard de l’homme. « Le sitar cache simplement la beauté de la femme. » avance une femme (vous avez l’article en entier : l’argumentation est intéressante…) Juste. Et une femme doit cacher sa beauté pour ne pas avoir d’ennuis de la part des hommes, créatures forcément fragiles qui ne pourraient se retenir. (Ce même principe, quand même, a servi à justifier séculairement des millions de viol de par le monde et les siècles. Accessoirement, cette protection que serait le voile montre plus que son inefficacité dans certains pays, tels que l’Égypte où femmes voilées ou non voilées se font agresser au sus et au vu de tous et toutes de manière sauvage, vraie plaie dans cet état en ébullition que l’on justifie comme on peut : c’est-à-dire toujours maladroitement.)
« Le sitar cache simplement la beauté de la femme, ce qui révèle la haute considération que l’homme musulman a de la femme. » Haute considération au sens où, je suppose, cela permet ce dernier de ne pas lui manquer — même malgré lui — de respect, je suppose, quand il la regarde. Mais celle qui doit se cacher, c’est la femme… Personnellement, cela m’a toujours paru injuste. Ce n’est pas tant le voile, là, qui me gêne, mais l’argumentation qui le soutient. Pourquoi fau(drai)t-il qu’une femme se voile pour avoir le droit au respect et à la considération ? D’autant que, pour ma part, en parvenir à se couvrir intégralement le corps relève d’un extrême que je peine à cautionner.
Deux autres choses : ces femmes mettent souvent en avant le sentiment de liberté (une fois le poids des regards disparu) qu’elles éprouvent sous leur voile et la difficulté que ce serait pour elles si elles avaient un jour à le retirer, par crainte de se retrouver comme « nues », en proie au désir de l’homme. Je ne suis déjà pas sûre, justement, que de commencer à se couvrir élude totalement cette dimension de la crainte du désir de l’homme. Cela la pose en creux. Et s’il faut commencer à se cacher pour vivre, ce n’est pas sans poser question. L’autre chose est que j’ai l’impression que plus on fuit cette dimension du désir de l’autre, d’une crainte d’être vue comme un objet sexuel, dans une société, il est vrai, hypersexualisée (et à ce niveau-là, c’est moins la libération des mœurs sexuelles proprement dites qui me dérange, mais le fait que tout soit exposé en public, dans des magazines, etc., et notamment devant… des enfants que l’on pollue, pour le coup, avec ça… car si on y a gagné en paroles, on y a perdu par la trop grande visibilité de tout, absolument tout… — est-il besoin de rappeler les images de Loft Story en 2000 ?), mais qu’à tenter de border cette crainte par un hidjab, un jibab, un sitar ou que sais-je, à la tenter de la border de plus en plus, on la montre aussi de plus en plus… Je trouve personnellement passablement dommage que l’on doive en venir, sous prétexte de fuir tout désir masculin (ou féminin), toute tentation, à se « priver » (mais peut-être n’est-ce pas vécu ainsi) de rencontrer d’autres hommes, d’autres femmes, comme les choses se présentent… (Les islamistes ne sont pas les seuls à imposer à l’extrême une séparation, les juifs ultra-orthodoxes tendent aussi à le faire… et cela a aussi mené, dans le judaïsme, à des dérives graves, en Israël.)
On pourrait me répondre qu’il vaut mieux tenter se protéger du « mal » que de ne même plus chercher à le discerner dans la vie courante et de le laisser opérer, mine de rien… Je ne suis pas sûre de considérer les choses ainsi…

Mais, bref, où est la liberté de la femme là-dedans ? Est-elle dans le fait de découvrir et de couvrir son corps ? Est-elle dans le fait de se montrer ou de se cacher aux regards masculins ? (Accessoirement, on oublie de parler du fait qu’une femme aussi peut éprouver du désir pour un homme et prendre plaisir à reluquer les corps de ces messieurs…)
La liberté est-elle aussi de ne pouvoir se retrouver qu’entre femmes ?
À interdire, la France tranche sur le paradigme de la liberté des femmes à être… dévêtues. Et renforce le sentiment de ségrégation de certaines communautés. (Bon, personnellement, j’ai quand même du mal avec le port du voile intégral et les argumentations qui le sous-tendent.)

Et la France n’en a pas fini de se débattre avec une certaine définition de la laïcité sur laquelle on butte toujours…
Dans un autre registre, au fil de recherche, je suis tombée sur un fil qui traitait de la difficulté de concilier la stricte observance du shabbat pour un juif pieux et les horaires d’une classe préparatoire (à savoir le problème des cours ou des DS le samedi matin).
Bien sûr, de nombreuses voies se sont élevées pour dire que la personne qui posait la question n’avait qu’à ne pas respecter shabbat, venir en cours, porter et écrire (deux des travaux interdits pendant shabbat), que l’on trouverait scandaleux si cet élève-là obtenait une dérogation (ou qu’il y a des classes particulières en fonction de…), etc., etc.
Ce n’est pas si loin que l’on croit de la question de l’éventuelle interdiction du voile à l’université (et dans d’autres sphères) : parce qu’il ne s’agit pas que de voile, mais des demandes qui tournent autour d’une pratique religieuse : l’alimentation (bien plus compliqué pour les Juifs, du fait de la rigueur des règles de la Cacherout, que pour les musulmans), la question de la mixité, de la prière… Il y a aussi la question du respect des fêtes religieuses (le calendrier français est basé sur… le calendrier catholique… c’est certes lié à l’histoire mais ça ne porte pas moins une empreinte religieuse) : l’Aïd, Pessah, Yom Kippour…
Pour avoir vaguement lu sur ce qui se passait dans les autres pays, notamment Outre-Atlantique, au Canada, il semblerait là-bas que la vision de la laïcité soit autre. On parle d’ « accommodement raisonnable » au Canada où l’État ne statue pas en matière de religion. Dans ce pays, on peut ainsi voir des policières voilées. Impensable en France. Mais là-bas on considère qu’il s’agit d’une forme de liberté que d’imposer de retirer le voile relève d’une discrimination alors que le garder, a priori, ne génère pas de contrainte (en tout cas pas de contrainte insurmontable) sur l’institution qui accueille la femme voilée).
J’ai pour ma part l’impression que, certes (ou pas certes du tout, d’ailleurs : ce « certes »-là est bien une manifestation française quant à la question de la laïcité !), les minorités religieuses sont visibles, et on ne tente pas de les cacher. On facilite même leur insertion dans la société là où, en France, on pense qu’interdire permettra de mettre un terme aux problèmes — ce qui est loin d’être sûr et je gage même sur une nouvelle flambée médiatique…
De plus, en France, si on se permet de statuer sur des questions religieuses, je ne trouve pas tellement que l’on se prévaut du principe de laïcité…

Je ne prétends pas être exhaustive ni apporter de bonne(s) réponse(s) ni même poser les bonnes questions… Je n’ai pas tellement d’avis tranché… si ce n’est que je regrette qu’en France, alors même que je ne suis pas moi-même religieuse (mais ne pas l’être n’empêche pas de se poser des questions sur le religieux et les religions), il devienne pour certaines communautés si difficile de pouvoir vivre. Bien sûr, les gens peuvent vivre ailleurs et, non, je ne cautionne absolument pas certains régimes politiques (lesdites républiques islamiques), pas plus que je ne cautionne le fait qu’il puisse y avoir de la coercition, d’où qu’elle vienne, de la part de proches ou de moins proches, pour forcer les femmes à se couvrir, à se cacher, ou que sais-je… Bien sûr aussi que l’on peut interroger la place de la femme et des femmes au sein du religieux et des religions…
On peut se poser plein de questions… et il ne s’agit pas d’attaquer seulement les religieux, de se proclamer anti-religion comme si ça suffisait pour régler, voire éradiquer le problème, soi-disant que les religions seraient source de soumission ou autres… D’une part, il n’est pas dit que lesdits croyants voient les choses ainsi, ou pas seulement ainsi et, en outre, nous avons tous nos propres croyances, nos propres entraves, conscientes ou inconscientes (et ces dernières, que l’on ignore volontiers, sont au combien plus puissantes !), qui nous soumettent malgré nous…

Publicités

3 Commentaires

  1. Merci pour cet article intéressant. Pour ma part, je n’ai rien contre le voile classique qui ne couvre que les cheveux mais le voile intégral m’agresse littéralement dans le sens où j’y vois vraiment une volonté de domination de la femme; et ça me met hors de moi. Certes, on entend souvent des jeunes femmes expliquer qu’elles ont fait ce choix librement etc., mais peut-on parler de liberté quand on est conditionné à penser que le corps de la femme doit être caché, et ce depuis l’enfance ou l’adolescence ? Les musulmans n’avaient pas besoin de se voiler autant il y a quelques décennies en Egypte ou au Maghreb, donc l’excuse de la religion elle est bien bonne. Le voile n’est absolument pas une question de respect de la religion, à mon sens.

    1. Je dois avouer que j’ai également beaucoup de mal avec le voile intégral… Et, effectivement, la notion de libre-arbitre est bien à interroger…
      En Afghanistan, il y a quarante ans, les jeunes filles pouvaient sortir en mini-jupe, étudier, étaient considérées comme les égales des hommes… Dans d’autres pays aussi… Qu’est-ce qui a amené ces pays à un tel changement ? Est-ce la mondialisation ? Seulement ça ou est-ce autre chose ? Et quoi, donc ?
      D’autant que, pour ce que l’on avance toujours des mêmes sourates et hadith, rien ne justifie, à mes yeux, à ce point le voile… Si ce n’est que l’on tombe à une lecture même pas littérale, mais plutôt une interprétation à la limite du délire… Ensuite, c’est pour ce que je connais…
      Ça, je n’en ai pas parlé dans mon article, mais il aurait fallu…

  2. Pour répondre à ton article, en Islam le port du voile est une décision de la femme elle-même. Rien d’autre. Une décision pour quoi-faire ? Au-delà du fait physique de se voiler, cet acte revête une autre dimension : spirituelle. Celle d’une relation privilégiée avec son Dieu. Mettre le voile ne figure pas dans les 5 piliers de l’Islam, son port n’est donc absolument pas obligatoire. C’est un conseil, une recommandation. Ainsi, une femme mettant le voile le fait avant-tout pour montrer à son Dieu sa foi. C’est l’acte d’une croyante.
    Et les hommes dans tout cela ? Que font-ils eux ? En Islam la femme est l’égal de l’homme (n’en déplaise à ceux qui voudront prouver le contraire). Mais pourquoi alors ne conseille-t-on pas aux hommes d’effectuer un acte similaire ? Bonne question. La réponse la simple : la femme n’a pas plus à prouver que l’homme en matière de foi. Mais par ce geste, elle a la possibilité d’établir une relation choisie avec son Dieu, de lui montrer sa foi, sa ferveur, sa croyance. Oui, une femme porte le voile pour plaire à son Dieu. C’est un acte de foi.

    Pour ce qui est des actualités et des différentes manières de porter le voile, je vous répondrai que la société est telle qu’elle est. Chaque individu peut interpréter les références coraniques ou les hadiths, et les comprendre à sa manière. Mais sachez une chose, l’Islam demeure en adéquation avec la logique que ce soit la plus simple (le bon sens) ou la plus complexe (la science-physique).
    Bien sur, l’argument souvent mis en avant pour justifier le fait de se voiler reste :  » Se cacher des hommes ». Oui, effectivement la femme se couvre la tête. Mais cet argument ne figure pas dans les références coraniques ou les hadiths. Pourquoi des personnes mettent en avant cet argument ? Je vous répondrai que la nature humaine est ce qu’elle est. Certaines personnes mettent le voile peut-être suivant cet argument, mais d’autres non. Ne mettons pas toutes les personnes dans le même sac. Je dirais que chaque femme trouve ses propres raisons, et oui il existe des femmes auxquelles on l’impose. Mais sachez que cette attitude n’est point cautionnée par la religion islamique ! Ce n’est pas la religion la cause, mais l’être humain lui-même.

    Pour ce qui est des différents types de voiles, je vous répondrai que la prescription faite à la femme tiens en ces termes : « Qu’elles rabattent leurs voiles sur leurs poitrines et qu’elles veillent à ne pas étaler leurs ornements sauf devant leurs époux, leurs pères, leurs frères, leurs oncles », Sourate 24, La Lumière, verset 31. La musulmane allonge son habit jusqu’à couvrir les talons, se couvre la tête, tire le voile sur le cou, la gorge et la poitrine.
    Qu’en est-il si elle ne le fait pas ? Si l’on apperçoit ses pieds parce qu’elle porte des tongs ? Rien. Chaque femme est libre. Dieu seul juge.

    Pourquoi des femmes mettent des voiles plus couvrants que d’autres ? Je ne le sais pas. Sont-elles forcées ? Je ne le sais pas. Se sentent-elles belles ? Je ne le sais pas. Je vous dirais que chaque femme est différente. Certaines mettent des voiles plus long parce qu’elle se sont forgées une conviction. Ce n’est pas sûrement pas le cas de toutes les femmes mais ne ne pouvons pas le savoir ou à moins de faire des statistiques exhaustives ce qui n’est pas faisable. Et le voile qui ne laisse apparaître que les yeux ? Ce n’est pas presrit – dans le verset cité plus haut – de se couvrir le visage. Ici également, ce n’est pas la religion la cause mais l’être humain lui-même et son interprétation. Pourquoi ces femmes le font-elles ? Les raisons sont aussi diverses que le nombre de femmes dans le monde qui le porte. Oui certaines en ont l’envie, d’autres sont peut-être forcées. Je n’y peux rien.

    J’ai écrit une tirade mais il fallait que j’exprime ma pensée, et cela m’a pris autant de mots.
    @Juvi85 : Oui, mettre le voile (court ou long) doit-être un choix qui se fait librement. Oui, chez certaines personnes, ce choix est peut-être « conditionné » d’après leur vécu. Mais sache que l’acte de porter le voile doit-être (d’après les écrits coraniques et les hadiths) avant tout spirituel et qu’il revêt, de fait, un aspect physique. Aujourd’hui beaucoup d’importance est accordée à cet aspect physique mais il faut prendre l’autre aspect en compte aussi, ainsi que la singularité de chaque femme. Tous les cas de figures sont possibles mais pas imputables au diktat de la religion islamique car porter le voile n’est PAS une obligation.

    @Träumerin : Pourquoi un tel changement comme en Afhganistan? Je me pose aussi la question. Etudiante en histoire, je te dirai que les facteurs sont toujours multiples et que nous n’avons pas assez de recul et d’archives pour analyser le phénomène et sa véritable ampleur. Sache juste que l’Islam est une religion qui prône la paix. Oui. Quand on dit à quelqu’un « Salam Arleikoum », cela signfie littéralement « Paix et salut sur toi », et non pas « Bonjour ». Prônant la paix l’Islam est tolérant. Et la guerre sainte ? La guerre est un phénomène de civilisation majeur. Toutes les civilisations y ont été confrontées. Enfin, à mon avis, un état islamique, ou juif, ou chrétien n’est pas une bonne chose si l’on veut passer par là pour imposer un culte à une/des personne(s) sur un territoire donné. L’Islam est une religion tolérante, les hommes qui disent pratiquer l’Islam ne le sont pas toujours. Forcément. C’est comme partout.

    J’en ai terminé. Merci de m’avoir lue si tu est arrivée jusqu’au bout. Je ne sais pas si mon commentaire vas être publié ou non. Mais bon. Sinon je fais aussi des cosmétiques maisons. Rdv sur mon blog. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :