Crème de jour pour peaux mixtes

Après avoir évoqué mon démaquillant liniment pour peaux mixtes, je peux bien évoquer ma crème de jour…
J’ai longtemps hésité avant de me fabriquer ma propre crème de jour : ayant la peau mixte et sensible, ce genre de tentative pouvait aisément tourner à la prouesse à haut risque et je n’étais pas sûre de tenir à arborer une peau bouffie, boursoufflée, boutonneuse et j’en passe.
Avant de passer au naturel, j’avais finalement jeté mon dévolu sur une crème Avène, après une errance de plusieurs années sur le plan dermatologique. J’avais eu de l’acné sur le front durant presque toutes les années collège et j’avais eu la chance de connaître une période d’accalmie pendant mes années lycée. Je ne me maquillais pas, à l’époque, ça a sans doute aidé. Mais je ne me maquillais pas non plus quand les ennuis ont commencé… Les hormones, sans doute. Du moins ont-elles dû estimer qu’il fallait s’exprimer plus bruyamment qu’avant. Et une longue descente aux enfers avec mon visage a commencé. J’ai testé les crèmes de supermarché, Nivéa en tête… puis Avène en parapharmacie, prenant la crème Hydrance, riche…
Quand je suis passée au bio, une esthéticienne m’a conseillé la crème Nafha et je m’en suis portée plutôt bien. Sa structure légère permettait d’en remettre encore et encore, quand je sentais ma peau tirailler à nouveau. Bref, elle faisait le job, et plutôt bien, en ce qui concernait l’hydratation et le soin de ma peau sensible ; par contre, pour le côté lutte contre les imperfections, ce n’était pas tout à fait ça, loin s’en faut…
De là et de son prix plutôt élevé (27,30 € quand même, pour 50 ml), j’ai décidé de tenter de fabriquer ma propre crème de jour. Après une crème trop riche (un ratio huile végétale / phase aqueuse trop élevé), qui m’a laissé la peau grasse, trop nourrie, et donc étouffée, la deuxième tentative était la bonne !

Passons donc à la…
Composition(et pour 50 ml) :
Phase aqueuse :
– HA d’achillée millefeuille : 6 g
– HA de menthe poivrée : 6 g
– HA de fleur d’oranger : 6 g
– HA de litsée citronnée : 6 g
– HA de bambou d’Anduze : 6 g
– glycérine végétale : 2,5 g / 2 ml
– gomme Xanthane : 0,15 g / 1 cuiller pinch

Phase huileuse :
– HV de yangu : 2 g / 2,22 ml
– HV de noisette : 2 g
– HV de nigelle : 2 g
– MH de figuier de Barbarie : 2 g
– gel d’aloé vera : 2 g
– cire émulsifiante n° 3 : 1,5 g

Après l’émulsion
– AHA : 2,5 g / 2 ml
– extrait de concombre : 2,5 g / 2,3 ml
(– Algo’Zinc : 2,5 g / 2,3 ml)

– fragance : 15 gts
– naticide : 10 gts
– vitamine E : 3 à 4 gts.

Commentaire sur la composition :
Je sais, lecteur (ou lectrice), que le gel d’aloé vera n’est pas huileux, et qu’il hydrate. Mais comme par sa texture je l’ai toujours trouvé plutôt gras, je l’ai mis là… Ce qui me dérange encore moins parce que je tambouille cette préparation « one pot », autrement dit : je mets tout dans le même bol, au lieu de séparer les phases (comme, théoriquement, il faudrait le faire).
Je sais aussi lecteur (id.) que tu dois penser qu’il y a beaucoup trop d’ingrédients, que je pourrai simplifier… Certes, je pourrais… Mais je n’en suis pas encore là et, comme pour le moment, ça me convient et que j’ai plus ou moins cessé de ruminer ce qui serait le mieux pour ma peau chérie, etc., etc., etc., je n’ai pas trop l’intention de toucher à cette composition…

J’ai sensiblement gardé les mêmes ingrédients que pour mon démaquillant, pour la seule bonne raison que j’en suis contente, mis à part les quelques ajouts, notamment (et surtout) en terme d’hydrolats.
Ça, ça tient essentiellement au fait que je n’aime (et ne sais) pas me décider, et que comme je veux le meilleur pour ma peau, je mets du coup un peu de tout… — Je viens de voir il y a peu sur Aroma-Zone que je pourrai remplacer l’HA de menthe poivrée par celui de laurier noble, pour le même effet sur les pores et en plus un gain sur l’action purificatrice, et pour un prix un poil moins élevé… Bref, bref, bref, la composition de cette crème évoluera peut-être de ce côté-là, sans doute aussi vers une simplication (si je peux faire d’une pierre deux coups) et un petit ménage dans mes hydrolats s’imposera certainement. — On pourrait dire que, « comme toute fille qui se respecte » (expression atroce, à bien des égards, qui supposerait de définir et peser chacun de ses termes, autant dans leur nature que leurs implications sordides, expression fausse qui plus est !), je suis en permanence à la poursuite de l’Ingrédient Parfait ou du moins du Mélange Idéal… C’est plus ou moins vrai.
Et je dois confesser prendre un malin plaisir, depuis deux-trois jours, à surfer plus particulièrement sur les blogs beauté, quand bien même parfois leur prose me débecte, non pas tant les personnes que le style d’écrire et les conclusions, toujours trop hâtives, que l’on pourrait en déduire sur la gente féminine, sur une certaine construction de ce que devrait être une femme… Je pense plus particulièrement à La Femme Sauvage et Beauty and Gibberish (ce dernier parle de cosmétique conventionnelle).
J’y pense… dans ma quête, peut-être faudrait-il que je songe à l’intégration de l’HV de jojoba (mais en remplacement de quoi ?)…

Bref, dans l’ensemble, tous ces hydrolats visent l’état de ma peau mixte et ses imperfections, de manière différente. Exception faite de l’HA de fleur d’oranger qui vient tenter de prendre soin de l’aspect sensible de ma peau.
Pour ce qui est des actifs, je tenais toujours à garder l’aspect purifiant, matifiant et hydratant, sans compter une possible action anti-âge et chacun des trois actifs a été choisi en ce sens.

La première crème que j’ai préparée avec cette composition ne comportait pas d’Algo’Zinc et ma peau regraissait plus rapidement, d’autant plus rapidement que j’ai changé de maquillage pour mon teint, d’un fond de teint classique en crème pour une poudre minérale libre, et que la poudre libre transparente, délaissée (parce que combinée avec le fond de teint crème), ne me permettait plus d’absorber l’excès de sébum qui réapparaissait donc sur ma peau. J’ai décidé de garder certes ma poudre libre transparente, mais de ne l’utiliser qu’en dernier recours dans la journée, si besoin (elle tend pas mal à m’assécher les zones plus sèches du visage) ; du coup, il me fallait rajouter dans mes soins quotidiens un actif plus matifiant que ceux que j’avais déjà introduits. D’où l’Algo’Zinc, compatible, lui, avec les AHA.

Crème hydratante pour peaux mixtes

Impressions :
La première crème que j’avais faite avec cette recette était plus liquide. J’ai dû me tromper peut-être quelque part en recopiant mes notes… Plus liquide et donc plus pénétrante, entièrement même, avec une agréable sensation de frais.
Le renouvellement que j’en ai fait est un tout petit peu plus compact, je ne sais pas très bien pourquoi. Elle pénètre bien, mais tend à laisser un léger film, pas gras à proprement parler, mais là quand même pendant une petite heure, avant d’être absorbé comme le reste. Mais un peu plus de richesse par ces temps-là, après tout, ce n’est pas un grand mal… En outre, m’étant mise de façon plus intensive au sport (je parcours les murs de la capitale juchée sur un de nos beaux Vélib’), avec le vent, les pluies glacées… ma peau se retrouve plus exposée aux intempéries. Reste à savoir si ça sera suffisant quand l’hiver sera vraiment là.
De cette crème-là, je ne peux pas me plaindre. Elle hydrate, bien, et je ne sens plus de vilains petits boutons poindre en permanence comme avec ma crème Nafha. Mon acné hormonale paraît presque contrôlée, circonscrite en un lieu de mon visage, au lieu de fleurir un peu partout. Je trouve aussi que ma peau est moins terne, le grain plus beau, plus fin. (Bon, il n’empêche que, foncièrement, je n’aime pas vraiment ma peau et que je ne peux m’empêcher de mettre du fond de teint.)
Bref, elle tient son action à la fois hydratante et soignante et, pour le moment, ça me suffit.

Coût :
C’est là que je suis contente de faire mes cosmétiques ! Pour 50 ml, cette crème me revient à… plutôt : entre 3,20 et 3,40 € !
Bref : une économie plus que certaine par rapport à mon ancienne crème Nafha, et même par rapport à mes anciennes crèmes conventionnelles : je payais pas loin de 15 € pour 50 ml chez Avène…
Et je pense que ce sera pareil pour le contour des yeux, que je pourrai presque diviser par 10 le prix de mes cosmétiques. Je ne parle même pas du maquillage (enfin, si, je vous en parlerai, mais une autre fois).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :