Démaquillant liniment pour peaux mixtes

Démaquillant liniment pour peaux mixtes

En ce joyeux pluvieux jour de la Toussaint, j’ai envie de vous faire partager celui qui est devenu un basique de ma routine de soin pour le visage. Certes, ce n’est pas un de ces produits au merveilleux packaging nanti d’une odeur à tomber, mais pour l’effet qu’il me fait (prenez-le comme vous voulez), il me convient très bien.
Au point même où, quand mon frère m’a demandé si je n’avais rien contre les points noirs (très marqués chez lui), j’ai pensé à ce… démaquillant.

Cela fait à peu près un an que j’utilise ce démaquillant, un peu plus. J’utilise du démaquillant que je porte du maquillage ou pas. Je me rappelle un regard (presque) horrifié d’une vendeuse en parfumerie (je ne saurais plus dire si c’était en parfumerie conventionnelle ou bio) qui me disait que c’était important de se nettoyer le visage au démaquillant même si on ne s’était pas maquillé, ne serait-ce que pour retirer toutes les saletés, sueurs, poussières, et autres, que l’on peut accumuler en une journée. Je ne sais plus bien quand.
Je me souviens par contre avoir quelque peu erré quant à ma quête d’un démaquillant qui me conviendrait. J’en ai testé un bio acheté en grande surface (de Mixa, je crois), mais il était tellement gras que c’en était juste écœurant ! Je crois même l’avoir jeté avant de l’avoir terminé (chose rare).
Il y a un an, donc, dans ma quête de nouveaux produits cosmétiques et dans mes balbutiements de tambouilleuse, j’ai décidé de passer aux choses sérieuses, de ne plus seulement m’en tenir aux shampooings et au henné, au stick à lèvres et au liniment (qui m’a servi un temps de démaquillant, justement), mais enfin de réaliser ma première vraie émulsion cosmétique home made… et c’est sur le démaquillant que je l’ai fait.
J’aimais bien le liniment : simple, avec une texture agréable. La recette de Maëliane qui reprenait ce concept en le modifiant m’a servi de base pour mes premières expérimentations. Si les ingrédients et le principe de base ont extrêmement peu mué (si ce n’est dans leur quantité respective, vers un allègement en HV), j’ai en revanche revu la partie émulsifiant et les actifs que j’incorporais. (C’est d’ailleurs à ce moment-là que je me suis rendue compte que Bacti-Pur et AHA ne faisaient pas bon ménage.)

Aujourd’hui, et depuis quelques temps déjà, cela donne donc ça, pour une contenance de 200 ml :
Phase aqueuse :
– eau de chaux : 80 ml (80 g)
– HA de menthe poivrée : 17 ml (17 g)
– HA d’achillée millefeuille : 17 ml (17 g)
– gomme Xanthane : 2 g

Phase huileuse :
– HV de noisette : 20 g
– HV de nigelle : 19 g
– HV de yangu : 19 g
– HV de rose musquée / MH de figuier de Barbarie : 10 g
– cire émulsifiante n° 3 : 10 g

Une fois l’émulsion réalisée, rajoutez :
– AHA : 1,6 g (35 gts environ)
– HE de tea tree : 3 g
– Propolis : 2 g

Puis :
– fragance : 40 à 50 gts (j’ai testé Pomme d’Amour, qui est juste à tomber, et Aquazen, mais j’en suis moins satisfaite)
– Naticide (le Cosgard peut aussi bien faire l’affaire) : 40 gts
– vitamine E (facultatif) : 6 gts

Commentaire sur la composition :
Je sais, il y a plein d’ingrédients, mais tous visent plus ou moins les mêmes effets :
– désincruster : HV de noisette surtout ;
– purifier : HV de nigelle, HA d’achillée millefeuille, Propolis, tea tree plus particulièrement ;
– réguler : HV de noisette et de yangu ;
– assainir : HV de nigelle, tea tree ;
– et matifier : HV de yangu (la seule à avoir cette fonction ici) ;
– tout en resserrant les pores : HA de menthe poivrée ;
– et en prenant soin de sa réactivité et des petites plaies : HV de nigelle et HA d’achillée millefeuille.
Les HA, HV et les actifs ont tous été choisi en ce sens et pour leurs propriétés communes et complémentaires.

L’HV de rose musquée, le MH de figuier de Barbarie et l’HV de nigelle ont plutôt pour intention d’aider ma peau dans sa lutte contre le vieillissement. (Je m’aperçois pour la première fois que j’ai un doublon, d’ailleurs… Je ne garderai sans doute que l’HV de nigelle, plus intéressante par sa polyvalence pour moi. D’autant que je dispose de d’autres matières premières.) Les AHA peuvent aussi être utilisés en ce sens.

J’ai fait un démaquillant à ma mesure, ou plutôt à la mesure du soin que je voulais apporter à ma peau. J’ai une peau difficile, mixte, sensible, voire très réactive (visage comme corps, d’ailleurs). Bien sûr, j’ai encore et toujours des boutons, non plus sur la partie supérieure de mon visage, mais autour de la bouche — acné hormonale (plus ou moins maîtrisée aujourd’hui), associés à des rougeurs intempestives, des tiraillements quand je n’en prends pas assez soin. Bien sûr aussi, j’ai… des points noirs.
Et si je pouvais idéalement tenter de retirer mon maquillage, nettoyer, purifier et aussi aider ma peau contre les signes de l’âge (rides possiblement naissantes, pas encore là, sauf sur le front, mais ça fait déjà dix ans), je n’allais pas (trop) me priver.

Pour celles qui sont enceintes ou craignent une trop grande réaction vis-à-vis des HE, on peut tout à fait supprimer l’HE de tea tree, ce n’est pas une obligation. Le reste est déjà censé faire le travail, de toute façon. Ceci dit, il est à noter que, normalement (et je parle là pour les peaux sensibles), l’HE de tea tree est bien tolérée par la peau en ce qu’elle est une des seules HE à pouvoir être appliquée pure sur la peau (avec l’HE de lavande).

Résultat :
Ce démaquillant se présente sous forme de crème pas trop liquide, assez riche et onctueue, mais pas trop compacte non plus (j’ai parfois obtenu des crèmes difficiles à pomper). Je mouille toujours un peu mes doigts avant d’en prélever une petite partie, histoire de l’allonger et qu’il soit plus facile à étaler sur mon visage. En outre, à l’époque, ça évitait qu’il ne sèche trop vite sur mon visage avant que je n’ai eu le temps de le retirer avec la lingette. (À l’époque en ce que ma routine de soin du visage a évolué, mais ce sera l’objet d’un futur article.)
Si je suis aussi fidèle à un produit, c’est qu’il me convient. Je n’aime pas tellement tester pour tester, notamment à cause de ma peau sensible. J’ai amélioré ce démaquillant au fil des mois pour proposer ce qu’il est aujourd’hui, version définitive depuis au moins six mois (voire plus). Je l’ai surtout adopté définitivement quand j’ai ajouté les AHA : pour la première fois, j’obtenais une peau sans point noir à la suite du lavage, et ça méritait d’être noté.
Avec le temps, ma peau est devenue plus nette, plus saine.
Je n’impute pas tous ces résultats qu’à mon démaquillant, les autres produits que j’utilise ont aussi beaucoup aidé. (Je trouve ma peau encore mieux depuis que je confectionne moi-même ma propre crème de jour, mais ça sera pour une prochaine fois.)

On peut l’utiliser sans produit nettoyant derrière, peut-être même sans crème hydratante après (ça, je n’ai pas testé). Je l’ai longtemps employé sans savon à la suite, me contentant d’une pression ou deux d’hydrolats pour retirer le reste de gras et lui faisant succéder ma crème Nafha. Pour l’action anti-poir noir, c’était amplement suffisant.
Aujourd’hui, lui succède directement un nettoyage au savon d’Alep, dans le cadre de ce fameux rituel beauté japonais appelé layering, expliqué ici et . (On y reviendra.)
À ne pas utiliser pour les yeux, par contre.

Coût : environ 10,5 € pour 200 ml
Soit : un poil plus cher que les démaquillants bio Melvita, Coslys et Cattier que j’ai pu voir en parfumerie, mais moins que beaucoup d’autres — je ne parle bien sûr pas de ce que l’on peut voir en grande surface. Bien sûr, il peut être moins cher si on ne met que de l’eau à la place des hydrolats, mais ça ne vous fera à peine gagner moins qu’un euro… Plus chères sont les HV, en vérité (surtout celles de nigelle et de yangu).
Je dois aussi dire que le coût dépend des conditionnements que vous achetez (pour ma part, je prends les HV de noisette et de yangu en 250 ml, la cire n° 3 en 250 g, de grosses contenances pour le Naticide et la vitamine E). Mais mettons que ça doit tourner autour d’une douzaine d’euros.
Pour la durée, je crois que je dois en refaire tous les deux-trois mois (attendu que je l’allonge à l’eau), et je n’ai pas de souci de conservation.

Publicités

un commentaire

  1. […] avoir évoqué mon démaquillant liniment pour peaux mixtes, je peux bien évoquer ma crème de jour… J’ai longtemps hésité avant de me fabriquer ma […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :