La coupe menstruelle

En général, quand on pense protection hygiénique, on pense serviettes ou tampons, et toutes nos questions existentielles de femme se concentrent entre les deux. Je n’ai jamais su quel avantage on pouvait trouver aux premières sur le plan pratique (bien qu’il y en ait, notamment en matière d’assèchement vaginal, d’irritations…), et il me semble que celles qui sont déjà habituées aux seconds auront sans doute plus de facilité avec ce qui sera le cœur de cet article : la coupe menstruelle !
J’avoue que, la première fois, j’ai tiqué sur le nom. (De toute façon, j’ai toujours trouvé le mot de « menstrues » moche, comme portant en lui toute la haine que certains peuvent avoir contre ces manifestations somme toute bien naturelles de notre condition de femme : les règles.) Je trouvais ça presque écœurant, même si le principe des tampons, lui, ne me dégoûtait pas. Je me suis renseignée pourtant sur ce nouveau mouton à cinq pattes qui m’intriguait et, lors de mon cycle suivant, je passais enfin à la coupe menstruelle. J’en étais à cette période de ma conversion au bio et dans ma recherche d’un mode de vie plus écologique possible — et c’est passé par quantité de recherches, de lectures, de tentatives de mise en pratique… C’est l’époque où je suis aussi passée aux lingettes lavables (mais ça sera pour une prochaine fois).
N’avez-vous jamais pensé, femmes, à la quantité de tampons et / ou de serviettes hygiéniques que vous pouvez jeter par mois ? Même si vos protections hygiéniques peuvent être bio (marque Natracare), cela reste une quantité de déchets non négligeable… La coupe menstruelle est la protection hygiénique à la fois économique et écologique !

Coupe menstruelle

La coupe menstruelle possède de multiples qualités pour un seul inconvénient (qui n’en est presque pas un). Elle a pour elle le fait qu’elle soit réutilisable à chaque cycle, tout ça pour une durée de cinq à dix ans. Finis ces moments délicats où l’on se trouve à cours de tampons ou de serviettes hygiéniques et que, mince, nos collègues sont soit que des hommes, soit des femmes ménopausées, voire une jeunette dans ce lot mais qui, évidemment, n’a pas plus pensé que vous à avoir des tampons sur elle et puis elle vient juste d’achever sa période sanguinolente ! Bref, fini de courir au supermarché le plus proche pour se ravitailler telle une junkie en manque.
Fini aussi de jeter encore et encore des déchets dont on vous rappelle qu’en plus, ils risquent de boucher les toilettes…
Accessoirement, vous n’avez plus non plus à craindre les substances chimiques présentes dans les tampons ou sur les serviettes hygiéniques.
Accessoirement, vous n’avez plus non plus à déboucher quelques 5 € par mois pour cette petite particularité féminine. Une coupe coûte entre 20 et 30 € selon la marque et se conserve de cinq à dix ans.
Passons à ce qui pourrait être l’inconvénient numéro un : le sang. Au contraire des autres systèmes féminins, la coupe menstruelle n’absorbe pas le sang, mais se contente de le recueillir. Certaines peuvent être quelque peu écœurées à l’avance de se heurter à ce sang qui sort d’elle. Je ne trouve pas ça pire, et même de manière générale, je ne trouve pas ça dégueulasse. — C’est un peu pour ça, d’ailleurs, que j’ai décidé de mettre cette image-là en ligne et pas une autre en ligne, pas une des photos de coupe menstruelle qui traîne sur le net. Parce que, oui, c’est aussi à ça qu’on se confronte… et que si on n’est pas prêt, autant se compter de protection hygiénique classique. — Si le fait, aussi, d’avoir à mettre vos doigts dans votre vagin vous répugne, restez aux serviettes hygiéniques, et puis c’est tout. Sachez cependant que les serviettes hygiéniques lavables existent.

Coupes menstruelles MeLuna

Concrètement, la coupe menstruelle, c’est quoi, ça se présente comment ? Et bien comme sur la ravissante image de gauche : une coupe avec une tige de forme différente selon votre volonté : tige, boule, anneau ou… rien. À la fois le type de coupe (il existe souvent plusieurs tailles) et le type de tige dépendent de ce que vous souhaitez pour vous.
La taille de la coupe (S, M ou L ou autre taille selon les marques — je parle des tailles proposées pour la MeLuna qui est la marque que j’ai choisie) dépend de deux choses : de votre flux et de si vous êtes nullipare ou non. En général, vous repérerez assez vite quelle peut être votre taille. Certaines ont cependant besoin de « tester » plusieurs tailles. J’ai trouvé la mienne tout de suite. Au pire
Le type de tige dépend quant à lui de votre dextérité : les plus inexpérimentés préfèrent souvent se rassurer avec une tige droite qui peut vite tourner à l’inconfort. Certaines préfèrent à terme la couper — ce qui ne pose aucun problème quant à l’étanchéité de la coupe. J’ai personnellement préféré une tige boule, plutôt qu’une tige droite ou encore en anneau. L’absence de tige me gênait un peu et je ne pourrai pas m’en passer (malgré un an d’utilisation de la MeLuna) ; la boule me permet au moins d’avoir quelque chose à attraper. Mais chacune choisira selon sa préférence.
Vous pouvez la choisir transparente ou colorée. Avec les années, de plus en plus de couleur sont disponibles. Ce n’est pas essentiel, ni indispensable, et on peut se demander pourquoi des couleurs à ces endroits-là de notre anatomie, et en ces circonstances-là.
Certaines marques proposent aussi une couple plus ou moins rigide, comme la MeLuna (mais les autres aussi sans doute).

Comment cela se met ? Il y a plusieurs pliages possibles de la coupe afin de l’insérer là où vous savez. Personnellement, je me contente de la plier en deux (en C) en l’accompagnant avec un doigt dans le creux du C, ne serait-ce que parvenir à l’insérer et vérifier qu’elle est bien placée quand elle se déplie à l’intérieur, mais d’autres préfèrent faire autrement.
Je vous laisse un lien : Mode d’emploi de la MeLuna, qui sera peut-être plus explicite.

La coupe peut ne se vider que deux fois par jour, toutes les douze heures. Il n’y a aucune crainte de fuite, à moins d’avoir un flux extrêmement abondant.
Elle nécessite par contre d’être rigoureuse sur l’hygiène, afin qu’elle ne devienne pas un nid à bactérie. Il importe de stériliser votre coupe avant chaque utilisation en début de cycle. La stérilisation se fait en immergeant la coupe pendant cinq à dix minutes dans de l’eau bouillante. Pour la blanchir, certaines utilisent du percabonate de soude (le même que vous pouvez utiliser pour entretenir votre linge blanc en machine). À chaque vidange, idéalement, il s’agit de pouvoir rincer sa coupe et la laver au savon (certes, dans les toilettes publiques, ce n’est pas facile), du moins de la rincer (prenez une bouteille d’eau) voire juste de l’essuyer avec du papier toilette.
On peut utiliser des pastilles pour nettoyer les dentiers (ou les lunettes, je crois), mais j’ai quelques réticences avec la stérilisation chimique. Mais quand on ne peut pas faire autrement, je suppose aussi que du gel hydroalcoolique ou des lingettes intimes peuvent bien aider.

Où se procurer votre coupe menstruelle ? Sur Internet ou en magasin bio. Les biocoop proposent une ou deux marques. Internet laisse plus de choix pourvu que l’on n’ait pas trop peur. Vous pouvez avec le choix entre les Divacup, les Mooncup, Lunacup, MeLuna et autres…

Que dire d’autre ? Que vous risquez de galérer un peu les premiers temps, pour mettre en place la coupe menstruelle, pour évaluer le temps pour la garder. Mais au bout d’un moment, pour ma part, ce n’est que du bonheur !
Un petit lien pour la fin : Voyager avec ses règles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :