Comment préparer son henné

Mon stock de henné (septembre 2012)

Je ne suis pas très assidue, la faute à la reprise des cours, mes activités professionnelles, et mon sempiternel épuisement… sans compter les tâches domestiques et différentes formalités de la rentrée…
Après avoir « disserté » (ouh ! le vilain mot prétentieux !) sur le henné lors de mon dernier article, me voilà à décider de discourir sur la préparation du henné.

Deux préparations :
Il y a différentes façons de préparer son henné et cela se complique davantage encore lorsque vous n’utilisez pas que du henné pur mais ajoutez d’autres poudres pour enrichir et infléchir votre couleur.
Pour le lawsonia inermis pur ou le cassia oboviata, il y a deux manières de les préparer, en fonction de votre patience et de vos goûts.
– La première méthode, dite traditionnelle, est la préparation à l’eau chaude. On se contente simplement de mouiller la poudre avec de l’eau chaude et on s’attache à obtenir une pâte de la consistance d’une purée. Trop compacte, la pâte peinera à être appliquée sur les cheveux ; trop liquide, vous aurez à supporter des coulures durant tout le temps de la pose (et c’est pire si vous ne dormez pas avec). Le temps de pose de la pâte n’a pas à être très long, une heure peut suffire, un peu plus si vous le souhaitez.
Certain(e)s préfèrent utiliser de l’eau dans laquelle des plantes (thé, hibiscus… et autres) auront été infuséees. Cela permet de foncer la coloration.
– La deuxième préparation est celle dite à l’acide. Il s’agit de préparer ses poudres avec un liquide acide, soit pur, soit coupé avec de l’eau (chaude ou pas). Comme liquide acide, on peut utiliser le jus de citron, de raison, le vinaigre de cidre, la… bière (oui, oui !), et d’autres si vous êtes inventifs (ou simplement à la dèche). En revanche, le temps de pose est plus long : il est conseillé de laisser son henné reposer la nuit, voire au moins douze heures, afin de bien laisser le temps aux pigments de se développer.

Je n’utilise pour ma part que la préparation à l’acide, dans la mesure du possible, ayant lu que la couleur s’en trouvait plus soutenue et tenait mieux encore. Je n’ai pas de point de comparaison avec une préparation uniquement à l’eau.
Quel acide est le meilleur ? Honnêtement, je ne saurais trop dire. J’ai toujours eu, sans trop savoir pourquoi, une nette préférence pour le vinaigre de cidre — mais j’ai le mauvais goût d’adorer l’odeur du vinaigre, dont d’aucuns pourraient me dire que « ça pue ». Quelques unes ont remarqué qu’une préparation au vinaigre pur avait desséché leurs cheveux ; je n’ai pas l’impression que les miens ont été un peu plus abîmés mais, par contre, j’ai remarqué que mon cuir chevelu ne s’en portait que mieux : plus de démangeaisons, moins de pellicules… Peut-être n’est-ce que dû au henné, mais bon…
J’ai tenté le jus de citron, à une époque où je manquais de vinaigre de cidre, mais j’ai été moins conquise. Idem pour la bière même si certaines chevelues en disaient beaucoup de bien (en outre, ça a donné des grumeux à ma pâte, problème que je n’avais pas avec le vinaigre de cidre).

Pourtant, il faut faire attention à certaines poudres, fragiles, qui ne souffrent qu’une préparation à l’eau, comme l’amla, l’indigo et le katam. Il est possible, cependant, de préparer ces poudres à part au dernier moment (surtout l’indigo) et de les intégrer à une mixture acide. Pour ce qui est du broux de noix et du rhapontic (rhubarbe), on peut les préparer directement à l’acide, mais j’ai tendance, ces derniers temps, à les rajouter plutôt au dernier moment, après le temps de repos de la pâte.

On laisse reposer la pâte sous un film plastique, afin qu’elle conserve toute son humidité. Certain(e)s n’hésitent pas à placer leur pâte au congélateur, afin de tenter d’obtenir des reflets encore plus rouges. En effet, préparation à l’acide, temps de pause et congélation participent tous les trois à faire tirer la coloration sur des tons les plus rouges possibles.
Dans le cas de la congélation, le temps de pause peut atteindre plusieurs jours.

Après le temps de repos de la pâte, on peut avoir besoin de rallonger la pâte avec de l’eau ou de l’acide. C’est le moment de rajouter les poudres que vous n’avez pas pu ou pas osé préparer avec le reste des poudres, notamment dans le cadre d’une préparation à l’acide. C’est aussi le moment de rajouter des épices selon vos besoins : la cannelle a une fonction éclaircissante, le papikra permet d’aider à obtenir des tons plus rouges… (À noter que les épices peuvent se révéler irritantes et qu’il faut sans doute se méfier dans le cas de cuir chevelu sensible. Je n’ai pas eu d’ennuis pour ma part, et j’ai pourtant le cuir chevelu sensible. Le tout est sans doute de ne pas en abuser.) Voilà pour ce qui est des poudres colorantes.
Pour ce qui est de l’aspect soin, c’est encore et enfin le moment de rajouter des HE, des HV ou autres produits destinés à contrer l’effet possiblement asséchant du henné (à noter que les HV peuvent empêcher le henné de prendre, ce qui n’est pas le cas du yaourt — qui ne doit pas, lui, par contrer, être posé trop longtemps, sinon gare à l’odeur immonde de lait caillé… dont je ne vous garantis même pas qu’elle ne pourra pas persister après le rinçage), du miel, des actifs (phytokératine, provitamine B5, spiruline, silicone végétal…).
Il n’est pas dit que plus on met d’actifs et plus votre henné soignera vos cheveux. Certain(e)s ont même observé le contraire, tandis que d’autres ne peuvent pas faire de henné sans rajout de divers produits.

Voilà, voilà… Bonne préparation de henné. J’hésite à faire un article sur l’application ou à vous laisser galérer…

Publicités

2 Commentaires

  1. J’ai fais l’expérience du hénné au yaourt, odeur de lait caillé (ou beurre qui aurait tourné) encore après le rinçage, immonde!!!

    1. L’odeur du henné au yaourt, il est vrai que ce n’est pas glop du tout… J’ai arrêté, d’ailleurs, pour ma part. Surtout que je le fais poser longtemps et que, malheureusement, c’est une odeur plutôt tenace… qui ne donne pas du tout envie de se balader dans les transports ni nulle part ailleurs… (À tout choisir, je préfère encore l’odeur du vinaigre…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :