Du dé-voile-ment du corps des femmes…

Je n’ai pas oublié ce blog, mon blog… mais l’imminence de la rentrée universitaire, diverses choses à régler çà et là et autant de belles rencontres m’ont tenue plutôt loin de ce blog, et ce n’est pas nécessairement plus mal… Du moins je ne m’en plains pas.
Et pourtant, j’aurais envie de discuter sur certains sujets… je m’en découvre beaucoup à proposer et autant pour lesquels je me sens parfaitement ignare… J’ai parfois l’impression qu’avant de publier quoi que ce soit, il me faut ingérer une bibliothèque, la digérer (cela va de soi) et offrir à la communauté bloguesque le fruit de mon intense (ou pas) réflexion.

Mais je parlerai de crèmes diverses, de cheveux, de cosmétiques fait-maison plus tard, s’il vous plaît ou non, pour laisser revenir sur la table un sujet où je ne peux pas ne pas être partiale et qui, en tant que femme (puisque c’est de ça dont il s’agit sur ce blog, après tout, sans prétention d’apporter une réponse définitive qui, de toute façon, ne saurait être), me touche… Me touche peut-être d’autant plus que je suis amenée, dans ma vie courante, à me poser cette question.
J’habite dans un quartier à la bordure d’un quartier juif orthodoxe (voire ultraorthodoxe ?) et d’un quartier musulman, ces deux derniers ne faisant pas toujours bon ménage entre eux. Mais, bref, tous les jours je vois ces femmes vêtues soit de leur voile islamique, simple hidjab, ou encore le jilbeb, parfois, soit des femmes juives, portant la perruque avec ces faux (ou vraies ? cela dépend) cheveux raides cadrant plus ou moins bien avec leur figure (que l’on me pardonne d’y projeter une considération esthétique là où il n’y a sûrement pas lieu), les unes et les autres plus ou moins couvertes au nom de ce mot qui se nomme et s’écrit : pudeur.
Bien sûr, aujourd’hui, je portais une petite robe courte. J’aurais pu être embêtée, cela m’arrive un peu trop souvent à mon goût, pour ne pas dire trop souvent à mon goût. Parce que je me suis maquillée, que je porte un jean moulant, ou que sais-je encore… juste parce qu’un homme a jugé que mon corps méritait ce genre de pseudo-compliments que le goût commun me demande de considérer comme un compliment.
Pour ma part, je ne sais pas. Je me sens plus flattée quand on me le glisse autrement que furtivement à l’oreille comme certains le font en passant, me signifiant qu’ils auraient bien fait de moi leur quatre-heures si seulement ils avaient pu.

Au Moyen-Âge et même encore aujourd’hui, et pas seulement dans d’obscurs états reculés, une femme violée était considérée comme celle qui l’avait bien cherché, la tentatrice. La femme tentatrice comme Eve, dans la Genèse, avait (aurait) eu le mauvais goût de l’être (après s’être laissée tenter, soit : la femme serait non seulement un être faible mais en plus provocant). (Faut-il considérer ceci comme une vérité que Dieu aurait révélé quant à la nature humaine ou comme la figuration d’un archétype, au sens jungien ?) Pour x, y ou z raisons, c’est donc à la femme de voiler son corps ; la quantité de ce qui doit être voilé diffère selon les religions, les interprétations et les sensibilités. Cela tourne parfois à la surenchère : à celle qui cachera le plus de parcelle de chair et montrera le moins ses formes, attitude qui ne peut pas ne pas interroger quant à l’érotisation du corps féminin, et par les hommes, et par les femmes elles-mêmes. On se pose moins de question quant à l’érotisation du corps masculin.
(On pourrait disserter longuement quant à ce qui amène les femmes à se maquiller, à vouloir être jolies, à vouloir plaire, quant à savoir si cela relève de la nature ou de la culture, etc., etc.)
Faut-il, pour se protéger des regards masculins (et impurs, cela va sans dire…) se voiler, se couvrir de toutes sortes d’oripeaux parce que l’on risquerait même de remarquer que sous ces amas de toile, vous êtes une femme ? Faut-il presque comme disparaître pour se sentir tranquille ? Certaines femmes avouent se sentir mieux sous leur voile (en l’occurence le voile islamique) parce qu’à l’abri des regards indiscrets, de certaines remarques, fût-ce au prix d’autres, parfois de sermons d’anciennes fémininistes de la première heure qui secouent la tête d’un air dépité… tout ça pour… ça. Pour cette jeunesse qui se couvre la tête et bien plus.
Beaucoup crient au masochisme, à la misogynie, d’autant plus forts et violents que les femmes semblent s’y plier d’elles-mêmes. Je dois avouer, pour ma part, que les divers arguments religieux, que ce soit des arguments islamiques ou juifs, ne m’ont guère satisfaite. Le judaïsme, même, qui pourtant a développé une véritable, intéressante et riche rhétorique, m’étonne de ce côté-là, du moins le judaïsme orthodoxe. (Mais tout ce qui est orthodoxe ne m’a jamais convenue parce que je ne l’ai jamais été. J’ai sans doute toujours été la sale gosse de la classe, et puis tant pis.) — Bref, j’ai plus souvent voulu voir la piété de ces femmes… tout en me disant que, peut-être, peut-être, il y avait d’autres façons de faire…

D’un autre côté, il y a pourtant ces images, ces femmes, aux corps pratiquement dévêtus… Faut-il les accuser de s’être laissées tripoter, comme si elles l’avaient demandé ? Non. Tout homme sera toujours responsable du geste déplacé (voire pire) qu’il commet, et ça ne changera pas, et je n’ai pas envie d’excuser les hormones ou que sais-je… Pour ceux qui estiment même qu’une femme doit plaire, pourquoi agresser cette même femme si elle ose vouloir plaire, ou juste être jolie pour se sentir bien, elle, bien dans sa peau, pour avoir le courage de sortir de chez elle ?
Je ne peux pas m’interroger quand je vois certaines femmes sortir de chez elle, un débardeur extra-large, où l’on voit une grande partie du soutien-gorge, ou encore la ficelle du string qui ressort du pantalon, ou encore le top transparent qui laisse tout deviner… Je m’interroge plus sur ce qui pousse à vouloir les femmes de plus en plus dévêtues (il n’y a qu’à voir les émissions de relooking, je vous conseille M6 où si on n’a pas les seins à moitié nus, cela ne va pas), ou encore les jeunes filles ressembler de plus en plus tôt à des adultes (je suis surprise de voir qu’au collège, on discute de la hauteur des talons, de savoir si on est coincé au collège pour ne pas oser porter telle ou telle chose… ou encore de savoir qui ressemble à une pute ou pas en fonction de la longueur ou pas de ses vêtements et du maquillage qu’elle porte… Je ne peux pas ne pas m’interroger sur la place de la femme, le regard que l’on porte sur elle, sur son corps, les jugements de la gente masculine mais aussi de la gente féminine… et je comprends que l’on puisse remettre l’idée de pudeur en avant… Même s’il y a pudeur et pudeur.

Si seulement une femme pouvait se sentir un peu libre de porter les vêtements qu’elle veut, sans avoir à se déshabiller pour ne pas paraître « coincée » ou se couvrir complètement pour fuir le regard de l’homme… Je suis fatiguée de me demander si on va penser que je fais pute ou pas, fatiguée de voir des femmes se couvrir à cause de ça, fatiguée que le corps des femmes pose autant de questions, soit l’objet d’autant d’interdits et de diktats, aussi divers soient-ils. Je ne considère pas que la liberté des femmes soient de couvrir ou de découvrir leur corps dans les extrêmes qui peuvent être proposés…
Au final, je n’ai pas de réponse… Peut-être tout au plus quelques pistes de réflexion, et encore… tout juste dans des sentiers tellement de fois battus…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :