Les cheveux et le passage au bio…

Octobre 2008

Avant de passer au bio sur le plan cosmétique, je ne prenais pas tellement soin de mes cheveux, pour ainsi dire pas du tout. Je me contentais d’acheter mes shampooings en supermarché, de prendre presque toujours les mêmes que je croyais plus ou moins adaptés à mon type de cheveux. J’alignais donc sur le rebord de ma baignoire un Head & Shoulders et un Garnier fructis (je crois, ça commence à faire loin), peut-être de temps à autre un shampooing pour cheveux châtains / bruns, dont j’aimais beaucoup le packaging. D’après-shampooing ? Point. Je ne voyais pas plus à quoi ça servait que les crèmes, masques et soins divers. J’avais accepté avec un certain fatalisme mes cheveux secs et frisés, indomptables, quitte à me contenter d’envier les belles crinières de mes camarades, collègues de travail, etc., etc.
Finalement, ce sont des questions de coloration qui m’ont fait basculé. Je n’ai jamais utilisé de couleurs de supermarché et j’avais dû faire en tout et pour tout au maximum trois fois des reflets roux en salon.
J’avais déjà peur des produits chimiques, je me méfiais de leur état sur les cheveux et des précautions diverses à prendre. Heureusement pour moi, je n’ai jamais été tentée de devenir blonde, couleur dont j’ai toujours trouvé qu’elle ne me sierait pas, ne serait-ce qu’à cause de mon teint. Je n’ai jamais approché d’un lisseur de ma vie. Je ne voulais pas m’encombrer à me brûler les cheveux tous les jours, quelle que soit la modernité de l’appareil en question — et Dieu sait que l’on promet d’impossibles miracles qui servent juste à repousser le moment où, par la fréquence des utilisations, les cheveux deviennent passablement abîmés.

Ce sont des questions de coloration qui m’ont poussée à m’intéresser aux plantes tinctoriales. J’avais vaguement entendu parler du henné ; rien que le nom me plaisait : un nom exotique, aux relents presque sulfureux. Il avait pour lui tout ce qui m’intéressait : un soin, une possibilité de lisser et de gainer mes cheveux et des reflets roux — et tout ça sans abîmer mes cheveux.
En furetant çà et là sur Internet, j’ai découvert quantité d’informations sur les plantes tinctoriales, sur le site d’Henna for hair (se trouve sur le site un livret en français, téléchargeable gratuitement), celui d’Henné indigo et compagnie, celui du Jardin d’Isa et No (et c’est même grâce à ce lien que tout a commencé), et d’autres… J’ai découvert non seulement les bienfaits du henné et la manière de l’utiliser, voire de le combiner avec d’autres extraits secs de plantes et des épices, mais encore des poudres lavantes (telles le sidr ou le shikakaï) ; j’ai découvert l’utilité de faire des bains d’huile, celles qui étaient adaptées à l’état présent de mes cheveux et l’importance de certaines huiles essentielles.

Août 2011

Et il a fallu que je me fasse engueuler par une coiffeuse pour vraiment me décider à prendre soin de mes cheveux.
J’ai mis deux photos pour que l’on puisse tenter de faire une comparaison. J’ai très peu de photos de moi, encore moins de dos et comme il est hors de question de publier ma trombine sur le web, je suis obligée de me limiter à des agrandissements de photos souvent prises dans une semi-obscurité. La première photo date d’octobre 2008, mais courant 2011, avant mon passage au bio, mes cheveux se trouvaient dans un état similaire : très secs, frisés et même frisottants… Je venais juste de faire des reflets alors (dernière fois que j’ai utilisé une teinture chimique). Entre temps, jusqu’à mon passage au bio, je me suis contentée d’un shampooing tous les deux jours (ceux que j’ai indiqués plus haut) et de la mousse coiffante qui ne me donnait que peu satisfaction (j’ai appris plus tard que cela amplifiait le dessèchement des cheveux). Cela aurait pu être certes pire… Mais j’avais souvent l’impression d’avoir de la broussaille à la place des cheveux. On m’avait déjà dit de faire des masques, mais à quoi bon ? pensais-je…
À ma décharge, on ne m’a jamais appris à m’occuper de moi, j’ai appris seule.
Je me faisais couper les cheveux tous les mois et demi / deux mois, quand je les trouvais trop longs et / ou trop gênants.

Petit à petit, j’ai commencé à faire du henné, régulièrement, toutes les quatre à six semaines (très rarement plus). Le tout premier henné que j’ai fait été un henné châtain de Shiraz, moyennement convaincant (j’aurais souhaité plus roux, mais j’en reviens) et j’ai commencé à préparer moi-même mon shampooing, en achetant une base lavante dans laquelle j’ai rajouté une ou deux huiles végétales et quelques gouttes d’huiles essentielles. Les conseils avisés de quelques personnes m’ont bien aidée à l’époque.
Et il a vraiment fallu cette fameuse engueulade de la part d’une coiffeuse bio pour bousculer toutes mes habitudes et routines. Là, oui, j’ai décidé de prendre soin de mes cheveux. Moi qui les voulais courts, je suis sortie du salon avec les cheveux ultra courts (entre 1 et 3 cm, guère plus), et l’envie aussitôt qui est venue de retrouver de la longueur…
J’avais les cheveux courts / mi longs depuis près de sept ans, je n’ai jamais regretté les longueurs que j’avais traînées dans ma croissante malgré moi et, au mieux (et encore, dans quel état !), n’ont jamais été plus loin que mes reins. Mais là, je les voulais à nouveau, mes longueurs. Et de belles longueurs.
Je me susi documentée, j’ai lu, lu, lu, j’ai aussi fabriqué divers shampooings, fait du henné régulièrement… Je me suis cherché une routine capillaire, et même plusieurs, en fonction de mes besoins. J’ai découvert aussi que mes cheveux n’étaient pas si secs, mais mixtes, en arrêtant de faire trop de shampooings, en me contenant d’un lavage uniquement quand les racines regraissaient (tous les trois à quatre jours en moyenne). J’ai redécouvert ma chevelure : plus disciplinée, moins frisottante et à la pousse impressionnante (surtout les trois premiers mois). En contrepartie, d’autres soucis sont apparus : quelques pellicules sont réapparues…
Je n’ai pas eu de grosses, grosses catastrophes capillaires comme certaines le remarquent lors des premières semaines de leur passage au bio. Peut-être le fait que je n’ai pas cherché à tester tous les produits du commerce a-t-il aidé. Peut-être aussi le fait que j’ai toujours confectionné mes produits moi-même, en adaptant à chaque fois.
La seconde photo montre l’état de mes cheveux en août 2011, un mois et demi après le début du passage au bio et de vrais soins. Ils sont encore très courts, mais ils forment de jolies boucles et ils paraissent plus sains.

Depuis quatorze mois, j’ai pris une quinzaine de centimètres en tout et pour tout, voire davantage, en me rendant pourtant chez le coiffeur quatre fois. Ils ont donc poussé de manière impressionnante. Je n’ai pas de photo pour montrer, mais grosso modo mes cheveux restent mixtes, sujets à pellicules, mais beaucoup plus souples et disciplinés qu’il y a un an. Pas de fourches désobligeantes, pas de grosses catastrophess. Dans l’ensemble, j’ai une base très saine et je compte bien continuer à laisser mes cheveux pousser. Ils sont plus ou moins aux épaules mouillés. Idéalement, atteint la bretelle de soutien gorge serait déjà un bon début ! Dans un an, un an et demi peut-être…
J’ai pas mal délaissé les soins ces derniers temps, à cause des examens et d’un épuisement total qui s’est abattu sur moi. Mes cheveux se sont un peu abîmés et un passage chez le coiffeur pour couper les pointes n’a pas révolutionné leur état.
J’en suis donc à un shampooing tous les trois-quatre jours (j’avais cherché à espacer davantage, mais je ne supportais plus l’aspect gras et les démangeaisons, j’ai laissé tomber), à un bain d’huile quand j’y pense (c’est-à-dire trop rarement) et à du henné à peu près tous les mois / tous les mois et demi. Depuis peu, j’utilise la crème capillaire que j’ai confectionnée moi-même, sur le modèle de la crème de jour que j’avais acheté il y a un an et qui m’avait aidée à l’époque (mais trop cher pour mon porte-monnaie).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Association Gynepsy

Si plus rien ne vous sourit, appelez Gynepsy !

Antigone XXI

Dire oui autrement

By Reo ♥ Cosmetiques Maison ♥ DIY ♥ Conseils Beauté, Maquillage, Savons & Soins Naturels BIO ♥

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beauty & Gibberish

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Princesse au petit pois

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Beautiful Boucles

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Les Carnets de Tinùviel

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

Eco(lo)

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

La Femme Sauvage

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

biboudavril

Wonders and wanderings of a 20th century who?man: questions et propositions alternatives

%d blogueurs aiment cette page :